mercredi 19 février 2014

Comment je me suis fait avoir comme une bleue...


Dimanche en fin de matinée je suis délestée de mon fils et de son copain qui avait dormi à la maison par mon cher et tendre qui décide de les emmener au cinéma.
Joie, allégresse après la tornade qui avait sévit à la maison, deux petites heures de calme étaient les bienvenues.

C'était sans compter sur un Nino malade au retour et qui avait qui plus est vomi dans la salle de cinéma.
(Joie et allégresse encore de ne pas avoir eu à gérer ça...)

Mon fils n'étant jamais malade, quand ça arrive, c'est un peu la panique genre mais pourquoi il est pas comme d'habitude?


En mère dévouée, je décide donc de le garder à la maison le lundi histoire qu'il se retape, bien qu'à une semaine du départ en vacances c'est pas comme si je n'avais que ça à faire mais passons...
Dévouée je disais.

Est ce que je n'ai pas été réveillée lundi matin par un enfant qui chantait à tue tête Santiano , son fameux trois mat et tout ce qui s'en suit dans son lit?
Ben si.

Dans une forme olympique l'animal et moi, tout un planning à revoir.
J'ai quand même fini par le déposer à l'école à midi histoire de pouvoir rattraper ce qui l'était encore.

Morale de l'histoire: Ne pas prendre de décisions hâtives à cause d'un petit vomi!!!
(Et oui, je suis aussi poète à mes heures...)








Et sinon, voilà la petite dernière très fortement inspirée de celle-ci, mais dont le volant fait toute la largeur du dos.
Même tissus tout doux mais gris cette fois.
Inutile de préciser que je peux donc réaliser la blouse en gris et la robe en écru...



Disponible sur la boutique ici

Bonne journée!!!!




2 commentaires:

  1. ça me rappelle ma propre expérience de vomisseuse des cinémas, tiens. Que sur du Disney, j'étais déjà puriste, à l'époque.
    Sinon l'arnaque du gosse malade qui pète le feu, c'est un grand classique... Ici, elle se traduit généralement par un "maman, moi peux sauter sur ton lit?" Mais on les aime, n'est-ce pas, on les aime...

    RépondreSupprimer