lundi 12 novembre 2018

A la faveur d'un dimanche



Nino et Luce avaient chacun un copain qui dormait à la maison samedi soir.
J'aime qu'ils se sentent bien dans ce nouvel espace, j'aime qu'ils y invitent du monde, j'aime que les copains de la rue puissent débarquer à tout moment pour proposer un foot, une ballade en vélo ou simplement venir dévaliser nos placards.

Dimanche ressemblait à tout ça.
Il faisait moche, les enfants étaient à l'intérieur parfois calmes, parfois trop bruyants, parfois séparés par leurs âges et parfois rassemblés malgré l'écart d'âge.
Comme cette partie de cache cache de fin de journée ou Luce ne trouvait jamais personne mais se faisait repérer en une seconde.
Ou les plus grands prenaient sur eux de se cacher un peu moins bien pour que de temps en temps elle puisse les trouver.

Bref, c'était un doux dimanche.









Presque aussi doux d'ailleurs que cette blouse en soie vintage.
Moi, la soie je la déteste en été mais je l'adore en hivers.
Elle tient chaud mais pas trop et apporte quand même une toute autre dégaine que ce bon vieux Damart.
Et puis c'est si agréable au touché!







La blouse "Soie" est donc disponible à la confection dans la boutique ici.

Je vous souhaite un bon début de semaine!



mardi 6 novembre 2018

Le chemisier de la honte


Dans la nouvelle maison il y a de grandes baies vitrées qui donnent sur le jardin.
Et dans le jardin il y a un robinet.
Et ce robinet est bien pratique pour les ouvriers qui ont besoin d'eau pour le chantier de chez mon frère juste à côté...

Bref, j'étais tranquillement en train d'essayer de faire tenir mon appareil photo en équilibre sur deux casseroles elles mêmes posées sur la table tout en prenant la pause avec le retardateur quand ce qui devait arriver arriva.

Un des ouvriers d'à côté a subitement eu besoin d'eau.

Je l'ai vu passer avec son air mi interloqué mi amusé et moi, j'ai cru mourir de honte.

A l'instant ou j'écris ces lignes, il est dans notre salle de bain dont il faut terminer la peinture et moi je suis cloitrée dans ma chambre en priant tous les saints qu'il termine vite pour que je puisse sortir.

Bref, je me fais pitié parfois...








Tout ça pour vous présenter ce petit chemisier que je ne pourrais jamais porter sans me remémorer ce grand moment de solitude.
J'ai mis un temps fou à mettre au point ce col, mais sans vouloir me lancer des fleurs

(je suis cette fille qui passe sans transition du sentiment de honte à l'auto congratulation, pas de problème...)

je le trouve très réussi.
Voilà. Ca, c'est dit.






Le chemisier Shame est donc disponible à la confection ici et pour les couturières, le patron devrait bientôt arriver...


Je vous laisse, j'ai l'impression qu'il est parti en pause déjeuner, je vais en profiter pour filer!!!
Je vous embrasse!