mercredi 11 juillet 2018

Et puis les larmes de Nino



Ca n'aura échappé à personne, le foot a pris possession de nos vies depuis quelques temps.
Enfin des vôtres je ne sais pas, mais de la mienne c'est certain.
Alors, en ce qui me concerne je ne suis absolument pas toquée de ballon rond, mon cher et tendre non plus, ma fille s'en fout comme de sa première couche culotte, par contre Nino...

... Et bien Nino, on l'a perdu pendant cette coupe du monde.
Il est à fond.
Ce n'est pas compliqué, rien ne sort de sa bouche que foot, foot, foot. 
Et tu penses quoi de telle équipe maman? Et quel est ton pronostique pour tel match maman?
Et tu préfères qui maman? Machin ou Bidulle?
Maman steuplééééé, je peux regarder le match?
Il a même réussi à se faire offrir par son bon papa le maillot officiel qui coute un rein!

Alors bon, au départ on y est allé molo en lui disant qu'il ne pouvait que regarder les matchs disputés par la Belgique, mais plus la Belgique avançait plus il fallait voir les autres matchs.
Tu comprends maman, il faut que j'évalue nos futurs adversaires...
Donc, tout ça pour dire que au départ il regardait ça peinard à la maison tout seul ou accompagné de son père,bonne pâte qui avait pitié de lui.
Et puis les quart de finale sont arrivés.
On ne pouvait décemment pas le laisser seul devant son écran.
Qui plus est, son père n'était pas là et j'avais un anniversaire.
J'avais donc donc pris une baby sitter pour Luce, et ma soeur et mon beau frère ces génies l'ont emmené au stade près de chez eux ou le match était retransmis sur un écran géant.

(Petite aparté, la baby sitter m'a prévenu à 15h30 que finalement elle ne pourrait pas venir parce qu'elle voulait regarder le match avec son copain....
Il a donc fallu que je prenne Luce sous mon bras pour aller fêter les 42 ans de mon amie Alice, autant dire que je me suis lâchée pendant la soirée....)

Ambiance de malade au stade, une foule en délire et la Belgique qui va en demi finale, autant vous dire que mon fils n'a plus touché terre jusqu'au drame...
Enfin LE drame.
Hier soir donc...

Du coup, pour la demi finale, je me casse la tête pour savoir ou l'emmener voir le match avec de vrais fans pour vivre une ambiance folle.
J'apprends qu'un ami qui a un resto pas loin de chez nous organise une soirée foot à guichet fermé, qu'il y aura potentiellement connaissant le Monsieur un nombre de footeux incalculable et que ce sera l'endroit parfait.
Ni une ni deux, je réserve et ma foi on a pas été déçus.
Plat unique.
Frites servies dans des cornets noir, jaune, rouge.
What else.
Bière à volonté et banderoles tricolores en guise de décor.
L'ambiance était géniale, Nino était avec 3 autres enfants sur les chaises au premier rang devant l'écran géant et n'en a pas bougé même à la mi temps.
On s'assurait à tour de rôle qu'il ne soit ni assoiffé, ni affamé et que ça allait.
En réalité, il s'est nourri et abreuvé de l'écran, le monde autour de lui n'existait plus.
Je l'observais depuis mon petit coin et même lorsque les chants et les encouragements retentissaient dans la salle, il ne bougeait pas.
Je pense pouvoir dire avec un certain effroi qu'il ne faisait qu'un avec son équipe.
En même temps, l'ambiance était tellement tendue et électrique que même moi je me suis prise à hurler et à me ronger le ongles en regardant ce match.

Et puis bon, après un lutte acharnée aussi bien devant que derrière l'écran, le couperet est tombé.
1-0
Je regarde la petite tête de mon fils affublée de sa perruque noire, jaune, rouge et là je la vois vaciller.
Ses 3 petits comparses de même.
Je fonce au premier rang et là, autant vous dire qu'on était en plein carnage.
Les larmes coulaient sur ces huit petites joues à torrent, effaçant les tarces de maquillage tricolore et avec elles, réduisant à néant tous les rêves de gloire de ces quatre petits êtres.

Je n'avais plus vu mon fils pleurer de si gros coeur depuis vraiment longtemps, ça a fendu le mien.

J'ai pesté sur le foot, sur ces joueurs héros, sur le business que ça génère, sur moi qui avais suivi mon fils dans son délire, en me disant qu'il était bien trop petit pour se confronter à une telle déception.
Et puis en fait, il a finalement relevé la tête, séché ses larmes et le lendemain il arborait à nouveau ce sourire radieux qui le caractérise en me demandant:
"Maman, steupléééé, je peux regarder le match?"

Certains détracteurs diront qu'il s'agit de donner des jeux et du pain au peuple et je ne les blâme pas, il y a de ça.
Mais on ne pourra pas dire que cette coupe du monde ne nous aura pas fait vibrer.
En tout cas, elle aura fait vibrer mon coeur de maman.




Bon, plus sérieusement, on ne va pas non plus parler foot toute la journée si?
(Je sens que certaines pourraient se laisser tenter, bande de groupies!!!)

Je vous présente aujourd'hui mon dernier modèle estival, décliné en deux couleurs.

Ca faisait un petit temps que je voulais faire une robe chemise qui soit un peu différente de Lilas.
Je voulais de l'ampleur mais pas trop, surtout au niveau du dos et de la poitrine, je la voulais plus longue mais pas droite dans le bas.
Je la voulais facile à porter et à accessoiriser, je la voulais agréable à porter avec un coton pas trop rêche, pas trop rigide, mais pas trop léger ni transparent non plus.
Je voulais des manches longues qu'on peut retrousser pour une dégaine décontractée, je voulais une longue patte de boutonnage, des poches et des couleurs qui claquent.











Et puis je voulais qu'elle puisse se porter ceinturée et qu'elle tombe bien quand même.
Bref, j'avais un gros cahier des charges pour cette robe.
Alors, elle est présentée comme j'aime qu'elle tombe sur moi, c'est à dire sous le genou devant et assez basse dans le dos.
J'aime beaucoup le découpe qui se forme sur le côté, mais naturellement, elle peut être réalisée plus courte devant, à la même hauteur au devant et au dos, au dessus du genoux, bref, tout est possible avec cette robe.
Et puis j'ai demandé à Nino quels étaient ses deux joueurs de foot préférés, il m'a répondu Thibaut Courtois et Eden Hazard.
"Mais pourquoi tu me demandes ça maman?"
-Pour donner un nom à mes nouvelles robes.
"Ha, mais non attends ça ne fait pas du nom de robe ça, je vais t'en chercher d'autres!"
-Ne t'inquiètes pas mon coeur ce sera parfait! Merci.





Eden et Thibaut sont donc à retrouver dans la boutique ici, et j'espère qu'elles vous plairont!

Je vous embrasse et que le meilleur gagne!!!!





6 commentaires:

  1. Je voulais juste te dire que je suis une fan de ton style et de ton travail depuis la première heure, mais alors là, tu as gagné aussi une fan de ton écriture, si juste ! Beaucoup d'émotion en lisant la première partie de ton post. Un gros baiser à ton Nino !

    RépondreSupprimer
  2. C 'est sous l'influence de mon Nino ( mon petit-fils de 8 ans) que je me suis mise à regarder les matchs des Diables Rouges. Je donne raison à votre Nino pour les 2 meilleurs joueurs! Si cela peut mettre du baume au coeur de votre garçon, j'ai entendu un commentateur sportif dire qu'il préférait perdre avec l'équipe belge plutôt que gagner avec l'équipe française en raison de leurs jeux ce soir-là!
    Pour ce qui est de votre robe, c'est une vraie réussite! Bravo! Vous vous gagnez toujours au jeu de la couture ! Béatrice

    RépondreSupprimer
  3. attends, mais t'es belge ?
    pour la finale, nous étions à l'étranger et j'avais promis à ma fille de regarder le match (qui, je croyais, était à 20h). Sauf qu'à 20h, c'était plié, on était champions du monde et elle n'a pas pu vibrer pou son équipe.

    RépondreSupprimer
  4. J'aime bcp la robe, et la longue histoire de leur prénom!! Bravo

    RépondreSupprimer